Soins précoces‎ > ‎

Questions - Réponses

1 - Comment ne plus prendre de médicament?

Ceci ne veut pas dire ne plus suivre un traitement. Le traitement n'est pas que pharmacologique. Il s'agit d'un traitement à 4 piliers. Le traitement peut aussi etre très efficace grâce à 3 piliers solides, mais il faut s'y investir. Le traitement pharmacologique est généralement plus facile, simple, et utile, en période de crise, au début de la maladie lorsqu'il y a confusion, beaucoup de remise en question, lorsque la personne comment à comprendre ce qui lui arrive. Il est possible de prendre moins de médicaments, ceci est même dans certaine situation plus souhaitable. Il faut en parler au médecin.

Éviter le sevrage de médicament: ceci peut prendre l'allure d'une rechute en psychose.

Article scientifique

RESULTS: The DR ("Dose Reduction") patients experienced twice the recovery rate of the MT ("Maintenance Therapy") patients (40.4% vs 17.6%). Logistic regression showed an odds ratio of 3.49 (P = .01). Better DR recovery rates were related to higher functional remission rates in the DR group but were not related to symptomatic remission rates.

CONCLUSIONS AND RELEVANCE: Dose reduction/discontinuation of antipsychotics during the early stages of remitted FEP shows superior long-term recovery rates compared with the rates achieved with MT. To our knowledge, this is the first study showing long-term gains of an early-course DR strategy in patients with remitted FEP. Additional studies are necessary before these results are incorporated into general practice."

Francais:
RÉSULTATS: Les patients du groupe DR ("Dose Reduction") ont connu un taux de rémission deux fois plus élévé que les patients du groupe MT ("Maintenance Therapy") (40,4% vs 17,6%). La régression logistique a montré un odds ratio de 3,49 (P = 0,01). Un meilleur taux de rémission du DR était lié à des taux de rémission fonctionnels plus élevés dans le groupe DR, mais n'était pas lié au taux de rémission symptomatique.

CONCLUSIONS ET PERTINENCE: Réduction de la dose / arrêt des antipsychotiques au cours de la des premiers stades du FEP remis montrent des taux supérieurs de rémission à long terme par rapport au taux obtenu avec MT. À notre connaissance, c'est la première étude montrant les gains à long terme d'une stratégie DR de début de cours chez les patients atteints de FEP remis. D'autres études sont nécessaires avant que ces résultats ne soient incorporés à la pratique générale.


Discussion:
L'oeuf ou la poule: patient de 45 ans ayant travaillé toute sa vie malgré grande détresse psychotique depuis 20 ans. Aurait-il mieux été s'il avait été traité plus tot?

2 - Quel est le prognostic, la trajectoire de la maladie?

Nous connaissons encore peu sur la maladie. Les traitements pharmacologiques développés depuis le début des années 1950 se basent sur l'hypothèse du débalancement dopaminergique dans le cerveau. Il y a par contre beaucoup d'autres hypothèses scientifiques pour expliquer la maladie. Il ne s'agit donc pas d'une schizophrénie, mais des schizophrénies. Cette entité diagnostique englobe probablement plusieurs conditions ayant différentes causes neurobiobiochimiques, génétiques, etc.  


Ref: Biological insights from 108 schizophrenia-associated genetic loci, Schizophrenia Working Group of the Psychiatric Genomics Consortium, Nature 511, 421–427 (24 July 2014) 

Puisque le diagnostic inclue plusieurs maladie, le pronostic qui y est associé est également variable. Des études sont en cours pour tenter de mieux comprendre:

Ref: Long-term trajectories of positive and negative symptoms in first episode psychosis: A 10 year follow-up study in the OPUS cohort. Schizophr Res. 2015 Oct;168(1-2):84-91.

"Chacune" des schizophrénie devrait donc avoir son traitement particulier. La détermination/classification du type de schizophrénie se fait un peu à l'aveuglette maintenant, faute de pouvoir faire mieux, en se basant sur le "phénotype" (ensemble des signes et symptômes de la maladie) des patients et les "patterns" qu'on observe dans les études longitudinales. Dans sa tentative de mieux comprendre la maladie, l'objectif de la science est donc actuellement à l'homogénisation des sous groupes de phénotypes pour ultimement étudier les particuliarités neurobiochimique et génétiques des patients au sein de chaque groupe. 

Voici une étude en cours au Danemark (images provenant de la conférence de l'IEPA à Milan en octobre 2016):



ą
Tin Ngo-Minh,
22 juil. 2017 à 08:45
ą
Tin Ngo-Minh,
22 juil. 2017 à 08:48
ą
Tin Ngo-Minh,
22 juil. 2017 à 08:48
ą
Tin Ngo-Minh,
22 juil. 2017 à 08:58
ą
Tin Ngo-Minh,
22 juil. 2017 à 08:58
ą
Tin Ngo-Minh,
22 juil. 2017 à 07:54
Comments