Introduction

La raison d'être de la psychoéducation dans les soins aux personnes touchées par la psychose

La psychoéducation à la base de l'approche "PEP"

Dans une philosophie de soins précoces, le lien thérapeutique et l'enseignement représentent l'essentiel du traitement. Le premier dissipe la méfiance que peut avoir la personne, le deuxième cherche à lui redonner le contrôle et l'encourage à s'allier à son enseignant et à tout ceux qui pourrait l'aider grâce à son espoir renouvelé par le premier. Ces éléments thérapeutiques précèdent quasi inévitablement le traitement pharmacologique qui est souvent représenté comme la pierre angulaire dans le traitement de la psychose. En effet, dans la compréhension populaire, le mot "traitement" est synonyme de médicaments. Rarement pense-t-on aux "traitements" psychologiques (psychothérapies), au changement de l'hygiène de vie et le recrutement d'un soutien comme d'un traitement qui est, en réalité, très efficace bien que requérant beaucoup plus d'effort qu'avaler un pilule. La psychoéducation - soit offrir un enseignement personnalisé et stratégique à chaque individu selon ses besoins et son cheminement - est donc à notre avis un aspect fondamental de l'approche PEP. Le professeur McGorry, un des pionniers de cette approche, écrivait cet article en 1995, donc avant même de décrire la base philosophique et pratique de l'approche PEP (EPPIC en anglais) en 1996 dans cet article.

There is evidence to indicate that through examining the particular significances of a person’s illness it is possible to break the vicious cycles that amplify distress. The interpretation of illness meanings can also contribute to the provision of more effective care. Through those interpretations the frustrating consequences of disability can be reduced. (p7)
(...) a difficult but important task which needs to be addressed is the nurturing of an explanatory model in the patient and family which will allow them to participate optimally in beneficial treatment, yet at the same time will prevent the damage to the self-concept that occurs in the process of “engulfment”, where the identity of the patient is inexorably reorganised around the devalued role of the psychotic patient. Barrett, using an ethnographic approach, has recently provided a window on the iatrogenic and institutional contribution to the engulfment process. It is striking how active yet insidious and subliminal this component can be, and also how it might reinforce or undermine more formal psycho-educational interventions. (p7)
McGorry, P. D. (1992). The concept of recovery and secondary prevention in psychotic disorders. Aust N Z J Psychiatry, 26(1), 3-17.

Mieux enseigner pour mieux engager, allier et traiter

S'il y a une image pour illustrer rapidement, simplement et efficacement un concept c'est que c'est sérieux, que cela existe pour de vrai... Du moins c'est l'impression que le cerveau donne généralement et automatiquement à ce qu'il voit et qui parait sensé, organisé. C'est le clinicien qui par les images qu'il décide de montrer donne la saillance à chacune de ses interventions. Ainsi, l'image, tel un médicament, utilisé adroitement permet un ancrage un plus efficace de l'information que le clinicien juge utile pour patient. L'outil imagé permet donc d'offrir une psychoéducation personnalisée, cohénte et plus sensée pour la personne.

Capter et intégrer la bonne information, les bonnes idées et pensées en début de soins est extrêmement important puisque la personne est typiquement exposée à beaucoup trop d'information, souvent négatives et lourds en implications risquant de le démoraliser davantage. La personne ne sait souvent plus comment les discriminer, les organiser: information expérientielle (la psychose), médicale, psychoéducative, légale, administrative... Les concepts liés à l'étiologie et au traitement de la psychose sont souvent abstraits pour le patient et difficilement vulgarisés par le clinicien. Je propose donc de nouveaux outils pour mieux pratiquer la psychoéducation et améliorer les soins: favoriser l'alliance thérapeutique et stimuler l'engagement des patients dans leurs soins. Mon objectif est d'enseigner aux cliniciens à mieux enseigner à leurs patients, autrement dit éduquer les éducateurs.

Le développement et l'évolution des idées liées aux outils présentés sur cette page se fait de façon quasi totalement expérientielle se greffant aux connaissances théoriques de l'auteur et de l'équipe de soins.

L'alliance thérapeutique menant à l'engagement de la personne aux soins, traitements et changements nécessaire de mode de vie dépend de sa compréhension de ce qu'il vit. Cela étant unique d'une personne à l'autre, fluctuant dans le temps et souvent assez abstraite, cette tache d'enseignement est complexe, mais est la base - donc indispensable - pour la suite de toutes démarches thépeutiques.

La "psychoéducation précoce"

Il s'agit de la première intervention précoce dans l'approche PEP. La psychoéducation sur la psychose adroitement pratiquée devrait réorienter l'autocompréhension que la personne se fait automatiquement et inévitablement de sa condition en se basant sur le savoir populaire et un savoir expérientiel tel que défini par ce diagramme.


What is necessary is a pragmatic view of “insight”, which recognizes that there are multiple factors, including an often normal and adaptive component of denial, which will influence a patient’s explanatory model, and that while the task is one which must be faced initially in the first episode, it will always take some time to cognitively and emotionally work through and resolve. It may also be a more difficult task for some patients than others and thus proceed at varying rates and in non-linear ways. 
I have learned a lot about my illness. I did not learn through a lone bit of genius but over time through experiencing the hell over and over, each time with more insight gained through the help of other people and my own self-examination.”.(p7)
McGorry, P. D. (1992). The concept of recovery and secondary prevention in psychotic disorders. Aust N Z J Psychiatry, 26(1), 3-17.

Une psychoéducation précoce, adaptée, personnalisée et pratiquée comme la psychothérapie par des professionnels expérimentés

An important maxim is to not add insight to injury. Psycho-educational programmes have been developed for relatives in particular, but also for patients, in the belief that greater congruence between the explanatory model of the patient and the clinician will lead to better compliance. This is not necessarily true however, and furthermore the impact of formal psychoeducation, favourable or otherwise, particularly on the patients, has not been carefully studied. Similarly, although patients and relatives are likely to require different kinds of information according to the phase of the illness and its duration, this has not been taken into account in the design of such programmes or their evaluation. The effect of the experience of psychosis and admission upon the patient’s self concept is an important aspect of this process, and affects levels of disability and handicap in a secondary way, particularly via the mechanism of stigma. This blends with broader aspects of the adaptive task and how the experience as a whole is assimilated. Clinical experience, the personal testimonies of patients, and clinical research [ 1 191 make it clear that skilled psychotherapeutic help is essential in this difficult endeavour. The kind of assistance needed by patients is complex and variable, but is at last beginning to be reappraised. (p7-8)
McGorry, P. D. (1992). The concept of recovery and secondary prevention in psychotic disorders. Aust N Z J Psychiatry, 26(1), 3-17.

Psychoéducation: une seule chance de bien faire...